Le projet des Minimes est pensé comme un lieu d’expérimentation de solutions pour améliorer la ville d’aujourd’hui et préparer le monde de demain autour de trois axes : “travailler ensemble, vivre ensemble, grandir ensemble”. 

Un des premiers outils pour y parvenir est Skholè, l’université libre et ouverte des Minimes. 

Mardi 19 juillet, dans le cadre du Festival Esprit Nomade, nous avons organisé un temps de rencontre et d’échange pour commencer à préfigurer Skholè ensemble. L’occasion de présenter les bases de l’université, sa place dans le projet des Minimes, pour ensuite laisser place aux idées et ambitions de chacun. Un temps pour imaginer et concevoir ensemble l’université libre et ouverte des Minimes.

Voici le compte-rendu. 

Première partie – Présentation

Nous étions une quinzaine. L’occasion de faire un tour de banc pour écouter les attentes de chacun quant à cet événement. De la simple curiosité d’en apprendre plus, à celle de voir aborder certaines thématiques en passant par l’envie de se mettre en action dès que possible.

L’objectif de cette rencontre : présenter le pourquoi de Skholè ainsi que les premières actions pour la mettre en place, afin de penser ensemble les prochaines étapes. 

Les Minimes est un projet d’utilité sociale, porté par une société de l’économie sociale et solidaire reconnue grâce à l’agrément ESUS, qui vise à imaginer, expérimenter et proposer des alternatives pour vivre, grandir et travailler ensemble autrement. Le tout dans un lieu de mixité qui se veut être un carrefour multiculturel. Qui favorise les synergies entre ceux qui veulent apprendre, ceux qui veulent développer des projets et ceux qui veulent se divertir. Un haut lieu pour quiconque souhaite expérimenter des solutions.

Pour y arriver, Convivium, l’association loi 1901 des Minimes a pour ambition de permettre aux usagers, aux membres et à tous les sympathisants de ce projet de pouvoir participer à la gouvernance et à l’émergence de projets sociaux en lien avec le projet des Minimes. Sa raison d’être : la création d’un écosystème d’innovation sociale et culturelle permettant de favoriser la cohésion sociale et l’accessibilité pour tous à la culture et à l’éducation.

Skholè est l’un des premiers outils mis en place par Convivium. Une université libre et ouverte. Libre car sans engagement. Ouverte car pensée pour tous et sans condition d’entrée. Son objectif : donner les outils et les connaissances pour que chacun puisse s’émanciper grâce au collectif afin de se sentir capable de faire par soi-même. Skholè est amenée à devenir une boîte à outils dans laquelle chacun se sert, partage, renouvelle les outils qui lui semblent nécessaires pour s’émanciper. L’occasion de mutualiser les ressources et d’intégrer une communauté solidaire.

Pour lancer la dynamique de Skholè nous avons expérimenté un format de conférence-débats qui allie partage de connaissances par des experts et temps d’appropriation et d’échange en groupe. Un temps pour apprendre, s’ouvrir l’esprit et partager son opinion avec les personnes rencontrées à cette occasion. 

Lors de ce premier événement, une réelle envie de s’impliquer s’est ressentie chez certains participants. Nous avons rebondi sur l’élan amorcé par la conférence-débats pour expérimenter un premier temps de préfiguration afin de commencer à co-construire les prochaines étapes de Skholè.

Deuxième partie – À quoi peut ressembler Skholè

Pour répondre à l’objectif de cette première préfiguration – commencer à co-construire les prochaines étapes de Skholè, nous avons proposé à chacun de répondre aux deux problématiques suivantes : 

  • Qu’est-ce que j’aimerais retrouver à Skholè ?
    → Pour penser les différents chemins que peut emprunter l’université. 
  • Qu’est-ce que je propose pour Skholè ?
    → Pour mettre en œuvre les prochaines étapes de Skholè grâce à la réalisation de projets proposés par la communauté de l’université.

Deux questions qui nous ont permis de nous rendre compte des questionnements ou des attentes des participants, des moyens qu’ils peuvent mobiliser pour porter des projets, de proposer d’autres formes de participation pour ceux qui pensent ne pas avoir encore d’idées.

Qu’est-ce que tu aimerais retrouver à Skholè ?

  • Identifier quand j’ai un questionnement ceux qui le partagent dans le réseau 
  • (Re)apprendre l’histoire pour être critique sur ce que je crois savoir
  • Partage d’expérience religieuse
  • Apprendre à reconnaître les espèces végétales
  • Discussions à thème : le couple, la religion, l’optimisme, etc. Débats sur des sujets de société
  • Expérience de voyages
  • Des cours techniques : dessin, fitness, cuisine, jardinage
  • Des idées et des principes d’action (+bac à sable)
  • Rencontres (humain/diversité)
  • Un “lieu du livre” (bibliothèque libre et ouverte) 
  • Comprendre des (nouvelles) technologies pour ne pas être passive face à des changements
  • Apprendre à devenir actif pour des causes (sortir de l’inaction)
  • De la place pour l’énergie féminine, pas seulement des hommes. Autres façons de faire. Complémentarité
  • Ateliers cuisine + cantines gratuits pour tous (1 fois par semaine mini) 
  • Un réseau social pour nous permettre de communiquer efficacement, facilement
  • Des réunions hebdomadaires pas toujours le même jour pour changer
  • Ponts, synergie, hybride, inter -> arts et sport et spiritualité et science & technique autour de l’humain. Rencontres et dimension plurielle du lieu 
  • Trouver les idées de communication pour connecter les écoles/lycées/collèges
  • la permaculture (jardin partagés)
  • faire ses propres produits ménagers et cosmétiques
  • rénover des meubles et autres upcycling (atelier partagés) 
  • Débattre sur le monde de demain, le monde en 2050
  • Inspiration renaissance. Lieu ouvert en permanence -> dynamisé par les cycles, etc.  = foisonnement de rencontres spontanées
  • De la contradiction 
  • Expositions éphémères (peinture) 
  • Atelier impr
  • Débats philo sur des sujets d’act
  • intervenants qualifiés 
  • Le savoir doit redevenir un lieu de socialisation
  • Transition écologique : des conférences sur des expériences concrètes ? sur différents sujets du quotidie
  • J’attends que Skholè soit un catalyseur d’autres initiatives de ce qui existent de part l’énergie du lieux 
  • Du débats, de la confrontation d’idées, des gens avec lesquels avancer
  • Vulgarisation scientifique : enjeux des nouveaux savoirs
  • Pluralité des approches et regard capacité à petre hors-cadre sociétal légalité. De la place pour la dissidence seine et créative
  • Atelier pratique pour expérimenter des solutions avec des experts
  • Débattre sur l’écologie est-ce que c’est bien ? Quel avantage ? Quel inconvénient ?
  • Atelier découverte de différents métiers
  • Parler autour d’un livre (filles monsieur lunette) 
  • Comment se débarrasser de son téléphone 

Ces idées donnent des pistes sur certaines thématiques à aborder, des points à éclaircir pour continuer à travailler ensemble, des attentes quant aux événements de l’université. Pleins d’éléments pour avancer sur la mise en forme de l’université. 

Qu’est-ce que je propose pour Skholè ?

  • Salle d’étude pour l’autoformation
  • Enseignement de techniques et méthodes de communication, notamment en cas de désaccord 
  • Une conférence-débats sur les deuxièmes choix
  • Une aide pour la logistique et l’accueil lors des événements 
  • Des moyens pratiques de réinventer la société d’aujourd’hui 
  • Blockchain, IA 
  • Communication orale / prise de parole

Des participants nous ont proposé de porter certains projets au sein de Skholè. Différentes thématiques et types d’interventions ont été évoqués et ne restent plus qu’à être peaufinés pour être expérimentés. 

La suite

Cet événement nous a permis d’organiser un premier temps de rencontres et d’échanges au sujet de Skholè. Un temps pour prendre du recul sur ce qui a été fait et pouvoir penser la suite ensemble. Nous avons voulu expérimenter une première préfiguration pour commencer à fédérer petit à petit la communauté de Skholè et trouver une manière de laisser une place à chacun dans la construction de celle-ci. Nous sommes persuadés que c’est grâce à l’implication d’une communauté composée d’acteurs divers et variés que l’université réussira à accompagner du mieux possible chaque individu dans son émancipation. Nous voilà aujourd’hui avec quelques pistes pour de futurs événements à la rentrée. Mais aussi de nouveaux éléments pour animer la communauté et préparer les prochaines préfigurations.

RDV en septembre.